News

Winter

Les corbeaux l’avaient vu. Dominique Lehmann probablement aussi. Tout était écrit. La messe était-elle déjà dite au mois de septembre ? Lorsqu’une tempête hivernale s’abattait sur le parc de la Woluwe obligeant la BBFL à annuler son lancement. Comme un spoiler de la saison 6 qui allait suivre ? Winter is coming et les White Walkers marchent vers le titre.

Belgian Babes Football Love

Vive le vent

Cette saison, la BBFL a fait la part belle à la saison des neiges. Une coupe à son nom. Rien que ça. Et pas des moindres! C’était en janvier et c’était la grosse nouveauté de l’année. Le Futsal s’est invité en BBFL pour le plus grand plaisir des Golden Friennemies qui remportent la première édition de la Coupe d’hiver!

Quatre mois plus tard, nous sommes toujours en hiver. Début mai, le mercure frôle avec les zéros lorsque Boukettes et Warriors s’échauffent sur le terrain 2 du FC Auderghem pour aller chercher la 11ème place de Gold. Le verdict tombera finalement après les tirs au but. Un exercice que les deux équipes maitrisent à la perfection puisque c’est ainsi que les Canaris sauvaient leur place en Gold en 2018 et que les Chèvres remportaient le titre suprême en 2014. Avantage Warriors cette année. Rien ne se perd, tout se transforme. Surtout un pénalty.

Bon, il fait froid. D’accord. Mais les joueuses seraient-elles en fait frigorifiées par l’enjeu ? Tout porte à le croire puisque le deuxième match du jour se soldera également par un match nul (mais chouette) entre les Foot2rue et les Black Kangooz. Les F2R devancent finalement les BK d’un pénalty. Heureusement, avec tous ces tirs dans le but, la locomotive a fini par se mettre en marche. Les Buts-en-train n’ont pas fait dans la dentelle pour le premier mini-championnat Sunrise. Deux victoires face aux Gazelles du Gazon et aux Crocodiles-Fous, peu à l’aise dans ces températures qui ne rappellent en rien leur savane habituelle. Quoiqu’il en soit, la Sunrise est là et souffle un vent nouveau sur la BBFL. The Wind of Change. Il ne nous quittera plus. Mais il est encore froid. Il vient du nord. C’est un vent d’hiver.

Savez-vous pourquoi on raconte que les Gazelles du site et du gazon sont les deux équipes où on rigole le plus en BBFL ? Parce que la « ça vanne ».

Ecoutez le craquer

Avec le vent du nord qui est venu s’écarteler, on a pris quelques belles claques sur la journée. Mais face aux tonnelles renversées et à la grêle dans tes yeux, la chaleur du PlayForFun a vite fait de réchauffer les cœurs. Les beaux gestes et la ferveur des supporters ont fait le reste et mis tout le monde d’accord. « Vous ne passerez pas ! » scandaient même les Churu’ à l’ouragan qui s’annonçait. Elles renvoient les Hurricanes pour une saison supplémentaire en Sunrise. Churu Bambaléo, Bambaléa. Destin similaire pour les Lukakis qui se sont fait recalées à l’entrée de la Magic Box par les Giants. Prix étudiant. Deux burgers pour le prix d’un. Les Churu’s et les Géantes restent en Magic.

Autre division, même combat. Les Kieke’ et les Tigresses s’accrochent en Gold. Pas de laisser passer pour les T-Birds et les GoGoals qui avaient pourtant prévu d’être rebaptisées Go Gold… Dommage, ça aurait pu faire une super histoire (lol). Cela n’empêchera pas les Birds et les G.G. de mettre le feu à la cérémonie. Y a pas moyen Djadja 🔥

Gandalf le Blanc.

P***** mais tu déconnes ?

C’est pas comme ça qu’on fait les choses, monsieur Météo. Même si parfois, ça a du bon! Pluie de buts dans le match complètement fou entre les Cobras et la Kompa’. Les championnes 2017 s’imposent sur un score de tennis : 6-4 malgré un triplé de Marine de Schaetzen pour les Serpents. La journée avance et les averses se succèdent aussi vite que les dribbles des Blue Bees qui montent sur la troisième marche du podium au dépens des Keskellesfoot. Dommage pour les KEF qui terminaient pourtant la phase classique en tête de la Gold B … devant les Abeilles. Dans le bas de tableau, les Bugs seront sans doute un peu moins fâchées l’année prochaine puisqu’elles remportent aux Play-Offs leur premier match de la saison face à des McLicornettes pas angry du tout et super #playforfun. Prix du FairPlay, de la bonne humeur et de l’Amour pour les Licornes. 🦄 + ⚽ = ❤️

On retiendra également les sourires des Choukes et de la Monkey Family, le match des légendes entre les anciennes championnes Poneys et Widlcats, la séance dantesque de pénalties remportée par les Goldenblacks contre les Flying. Les kilomètres parcourus par Michel (référé, 70 ans et toutes ses dents) pour suivre les courses de Monique et son Bulldog. Les 2000 pattes qui ont eu besoin de toutes leurs jambes pour venir à bout des Black Swans sur un terrain 4 à l’état … douteux. Et enfin, les Blue Does qui n’ont pas tremblé face aux Bobsharks (2-0) pour une belle 9ème place en Gold.

Michel-Michel Michel.

Si Michel a parcouru les kilomètres, c’est Chris qui remporte le sifflet d’or du meilleur arbitre. Toujours bon, toujours juste. Jesus Chris. Encore en or, on saluera les résumés des WiWa. Un peu de culture merde. Merci à Lara qui nous a bercé de sa prose tout au long de la saison. Si ses textes n’étaient (malheureusement) pas l’eau de rose, on aura trouvé quelques fleurs ailleurs. Et des fameuses jardinières surtout. Bravo à Virginie Verdin, Jeanne Deschamps et Solenn Koç qui terminent la saison avec un fameux bouquet de rose en Gold, Magic et Sunrise. L’addition aurait sans doute été encore plus salée sans la muraille des Angry Bugs, des BK et des Hurricanes qui repartent avec les gants d’or de meilleures gardiennes. Three other bricks in the wall. N’empêche, pas super cool pour le PlayBeyond les filles ! Rappelons tout de même que chaque but marqué rapporte 2€ à nos potes indiennes. Cela n’a pas empêché la BBFL de battre de nouveaux records en récoltant 10.300€ pour le Akhand Yjoti Eye Hospital. Enorme Big Up à la Kompa’ et aux Wildcats qui rapportent de très beaux montants à la cagnotte. Les Vertes devancent finalement les Chats sauvages de 40 petits euros pour repartir avec le plus beau prix de l’année ❤️. धन्यवाद (ça veut dire merci en Hindou).

Dieu m’a donné la foi

« J’ai dans le cœur cette force qui guide mes pas ». Encore un signe. Ces paroles de la géniale Ophélie Winter n’annoncent pas seulement la saison qui arrive, mais incarnent également à merveille la force de caractère des finalistes de la BBFL. Il fallait avoir les reins solides et les idées bien en place pour disputer les matchs les plus prestigieux de l’année.

En Sunrise, la courtoisie à des limites. Faut pas déconner quand même. Les Courtoises ne font pas de cadeaux aux Gazelles du Site et s’adjugent le premier titre de leur histoire (1-0). Les deux équipes seront en Magic l’année prochaine. Alors soyons clairs. On parle ici de futures toutes grandes de la BBFL. Les Courtoises sont promises à une carrière plus belle que celle de notre Lange Thib’ tandis que l’invention du world wide web ne représente rien à coté de la révolution des Gazelles du Site internet.

« Salut, moi c’est merlin ». « Enchanté ». Est-il encore vraiment nécessaire de les présenter? Depuis le 4 mai 2019, le monde de la magie a de nouvelles reines. Merlin l’enchanteur, Harry Potter et Hermionne Granger peuvent aller se ranger. Les Black Mamba sont dans la place et deviennent nos nouvelles sorcières bien aimées. Carlos Santana l’avait dit, ses Black Magic Women l’ont fait. Elles battent de ravissantes Ravens, 3-1. Y a une logique. Y a une justice. On prend les mêmes qu’en Magic B et on recommence. Black Mamba en n°1, Ravens en n°2. La rué vers l’or peut commencer!

Black Mamba et Ravens s’étaient déjà rencontrées à deux reprises cette saison en Magic B.

Mais qui va nous battre ?

White Walkers – Red Cougs. Les deux meilleures équipes de la BBFL se retrouvent pour l’apothéose de la saison. Une finale All-Stars entre deux équipes qui savent allier technique, puissance et beau-jeu. Mais qui peut les battre ? Le Brésil ? Pas grand monde en tout cas.

Souvenez-vous l’été dernier. En remportant la Magic, les WiWa passaient le mur (dans la fiction comme dans la réalité) et marchaient vers la Gold League. Pour les Red Cougs, cela fait déjà quelques années qu’elles pratiquent un football de très très haut niveau et frôlent les sommets de la plus belle ligue du monde. Une chose est sûre. Aucune des deux équipes ne s’est encore imposée à ce stade de la compétition. La tension est donc palpable dès le début du match. Sur le terrain comme sur le banc des entraineurs. Les regards sont inquiets, soucieux. Conscients que cette finale se jouera probablement sur un détail. Et ce fut le cas…

19h30. Les équipes montent sur le terrain emmenées par un trio arbitral d’exception (Nassim, Luciano, Bilal). Match de de Gala oblige, le coup d’envoi est donné par la Red Flames Davina Philtjens qui évolue à la Fiorentina en Italie (71 sélections avec la Belgique).
Et c’est parti. Le stade est chaud. Mais le début de match est poussif malgré un talent inestimable des deux équipes. Cougs et WiWa peinent à développer leur meilleur football. Ce sont toutefois les Reds qui rentrent le mieux dans le match. Il faut dire qu’après une première finale perdue à Zaventem contre la Kompany en 2017 (0-1), les Cougars connaissent la pression et ne comptent pas laisser passer une nouvelle fois leur chance.

« J’ai senti des les premières minutes que nous allions vivre un moment spécial. Arbitrer une finale, c’est jamais évident. Toutes les émotions sont décuplées. Le stress et la tension aussi. Arbitres, joueuses. Personne n’a droit à l’erreur. Et puis, il y a l’euphorie autour du terrain. Les supporters, les drapeaux, les fumigènes. Mes poils se sont dressés pendant la Brabançonne. Frissons…« 

Nassim, référé de la finale 2019

La bataille de Verdin

Après un début de match compliqué, les Marcheuses finiront néanmoins par trouver l’ouverture. Une spécialité maison signée sans surprise par l’inévitable Virginie Verdin. Auteur de 26 roses durant la phase classique, V.V. plante à nouveau. Et au meilleur moment. Les WiWa mènent. 1-0.

Mais les Red Cougs en ont vu d’autres. Portées par leur capitaine Maria Muresan, elles repartent rapidement vers l’avant. Les assaults se succèdent devant les cages de Marie Morelle, gardienne WiWa. L’arrière garde blanche se bat sur chaque ballon, mais le mur finira par céder. Au bon endroit, au bon moment, Justine Rouer va « trouer » la défense et crucifier Morelle. Elle signe le retour en force des Cougs dans cette finale. Les deux meilleures buteuses de Gold League sont donc au rendez-vous. Ells ont planté le décors et la bataille peut véritablement commencer. 1-1.

En deuxième mi-temps, les Cougs continuent le forcing. Elles sont mieux dans le match que leurs adversaires. Elles jouent plus vite et sont résolument portées vers l’attaque. Totale voetbal. Morelle devra même sortir le grand jeu pour écarter du bout des doigts un lob magistral de l’intenable Justine Rouer. Lancée en profondeur sur une énième contre-attaque, Rouer finira même par trouver l’ouverture. 1-2. Le stade explose. Les Cougars s’envolent vers le titre. Mais c’était sans compter sur la concentration des juges de ligne. Justine est hors-jeu … de 5 tout petits centimètres. Aucune protestation possible. Nassim est catégorique: « Circulez, il n’y a rien à voir.« 

Désillusion pour les supporters rouges après le but annulé de Rouer, Just’in petit peu hors-jeu.

Malgré ce fait de match, les deux équipes restent dans leur sujet. Rigueur, concentration et engagement sont de mises jusque dans les dernières minutes du temps réglementaire. Mais alors que le public d’Auderghem se prépare à voir une énième finale de BBFL se jouer aux prolongations, le match bascule. Lancées dans une ultime offensive éclaire, les White Walkers jettent leur dernière force dans la bataille. Il reste 30 secondes au compteur quand Virginie Verdin se retrouve balle au pied dans les tranchées adverses. Celle qui marquerait les yeux bandés n’en demandait pas temps. Et la sanction est terrible pour les Cougs. V.V. plante sa deuxième rose de la soirée. 2-1. La bataille est gagnée. Sur un détail. Les WiWa sont championnes!

WiWant More

Le dernier épisode de la saison 6 de la BBFL aura donc confirmé ce que de nombreux observateurs laissaient présager dès la fin de l’exercice précédent. Bravo aux WiWa. L’hiver est là. Il est beau, lumineux et surtout très fort. Mais combien de temps durera-t-il? Cinq mois à peine nous séparent désormais du lancement de la saison 7 de la BBFL. Plus que jamais, celle-ci s’annonce palpitante, indécise et pétillante. A tous les échelons. On prévoit des dribbles, du beau jeu, des buts et surtout beaucoup de plaisir. Que le football est beau quand il se joue de la sorte.

Et maintenant. D’ici le mois de septembre, hiver ou pas hiver, je n’en ai plus rien à foutre. L’été a intérêt à se pointer. J’ai sorti mon matos et prévu un programme chargé après cette fin de saison : soleil, détente et rencontre. Relax. Au soleil.

Je t’aime BBFL ❤️

A l’année prochaine,
Rodrigo

On t’aime Jeni ❤️